Le blogue de François Cardinal

Archive, décembre 2011

Samedi 31 décembre 2011 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (23)

À méditer: Montréal en 2012?

Champagne

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

À quoi ressemblera Montréal en 2012?

Dans leurs vœux de bonne année, le maire et les chefs des deux partis d’opposition à l’hôtel de ville nous confient chacun leurs souhaits…

Le maire Gérald Tremblay, dans ses voeux formulés expressément pour les lecteurs de ce blogue (rien de moins!), dit souhaiter, en 2012, «que les citoyens soient fiers de leur ville car nous assistons aujourd’hui à la renaissance d’une grande métropole internationale».

Il soutient que le visage de la ville a changé et continuera de changer. «En 2012, ajoute-t-il, nous ne ménagerons aucun effort pour que les Montréalais aient la ville de leur rêve et les Québécois, la métropole auxquels ils ont droit.»

Louise Harel, de Vision Montréal, estime que la métropole «mérite l’aboutissement de projets de transport faciles à réaliser, et à prix abordable».

Elle souhaite que les Montréalais profitent, dès 2012, d’une voie réservée sur Pie-IX, d’une voie réservée prolongée sur Papineau, d’un réseau de taxi collectif dans l’Est et d’un tram-train entre Lachine et le centre-ville.

Pour sa part, Richard Bergeron, de Projet Montréal, souhaite que «la prochaine année soit l’année de l’action dans la métropole».

À son avis, Montréal a besoin d’actions concrètes pour stimuler son économie, retenir les jeunes familles à Montréal, redresser ses finances et mettre en œuvre des «solutions de transport adaptées à sa réalité».

Et vous, partagez-vous les souhaits des élus de Montréal?

Quelles sont vos priorités?

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






Jeudi 29 décembre 2011 | Mise en ligne à 15h08 | Commenter Commentaires (11)

Le livre urbain de l’année: un vieil ouvrage de 1961…

Jane Jacobs, anthropologue de la ville...

Jane Jacobs, anthropologue de la ville...

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

Bien d’accord avec le maire Tremblay, ce matin, qui soutient que «les villes sont le futur».

C’est là que la richesse se crée, là que le boum démographique se vit, là que la plupart des futurs citoyens se concentreront, là que la lutte contre les changements climatiques se fera…

D’où l’importance de bien comprendre les milieux urbains dans lesquels nous sommes plongés, pour y vivre ou y travailler.

coverbigEn 2011, de nombreux livres urbains ont été publiés pour nous aider, dont plusieurs valent la peine. Pensons à The Triumph of the City de Edward L. Glaeser (Penguin Press), qui présente les villes comme la plus importante des inventions humaines. Ode au développement urbain, cet ouvrage est aussi un tour de force en ce qu’il accorde autant d’importance à la ville, sa trame et ses gratte-ciels, qu’aux citoyens qui la composent.

9782354800956Pensons aussi à Capitalisme contre le droit à la ville de David Harvey (éd. Amsterdam), qui analyse la ville avec une approche diamétralement opposée, celle de l’urbanisme marxiste (une branche bien vivante). Le point de vue est surprenant, en 2011, mais il est surtout nécessaire dans un contexte d’«occupation» mondiale de la ville.

téléchargementCela dit, LE livre de l’année est un vieil ouvrage dépoussiéré de 1961… qui se lit comme s’il avait été écrit en 2011 : The Death and Life of Great American Cities, de Jane Jacobs.

Je le cite en anglais, car seule la maison d’édition américaine Modern Library a eu la brillante idée de publier une nouvelle édition de ce chef d’œuvre pour célébrer ses 50 ans.

L’essai de cette américaine devenue canadienne à la fin des années 1960 se démarquait à l’époque par son avant-gardisme. Il se démarque aujourd’hui par sa clairvoyance.

Lorsqu’il a été publié, Déclin et survie des grandes villes américaines offrait en effet une rare et percutante critique du mouvement moderniste, qui visait à bulldozer l’ancien au profit de tours et d’autoroutes mégalomaniaques (Montréal n’y a pas échappé).

Aujourd’hui, il s’agit d’un ouvrage on ne peut plus actuel, qui a préfiguré l’urbanisme tel qu’il est de plus en plus pratiqué : un urbanisme à échelle humaine, qui mise sur l’apaisement de la circulation pour redonner sa place au piéton.

On pense spontanément au Plateau et aux mesures du maire Ferrandez, mais il y a bien d’autres arrondissements qui avaient ouvert le bal en détricotant tranquillement le legs des générations passées à l’aide de dos d’âne, de trottoirs en saillies, de vitesses réduites et de pistes cyclables.

Lire ou relire le best seller de Jane Jacobs, véritable anthropologie citadine, permet de faire appel au passé pour comprendre la pertinence de ces mesures d’avenir.

***

Mentions spéciales :

9780262016414-medium- Urban Code: 100 Lessons for Understanding the City (MIT Press), petit livre qui permet de décortiquer les quartiers dans leur menu détail pour mieux comprendre leur dynamique. Sorte de Déclin et survie des grandes villes américaines pour lecteurs pressés…

1222665-gf- Vivre Montréal – 1920-1969 (Publications du Québec), un bijou historique qui permet de circuler entre le marché aux poissons, les tavernes interdites aux femmes, les dépanneurs Kik Cola, le parc Belmont et les incinérateurs d’un Montréal disparu.

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 décembre 2011 | Mise en ligne à 16h24 | Commenter Commentaires (26)

La photo de l’année 2011, vue de Montréal…

Ivanoh Demers

Ivanoh Demers

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

Le maire coiffé d’une auréole…

Voilà une photo, croquée par mon collègue Ivanoh Demers, qui représente bien l’année qui s’achève, à l’hôtel de ville.

Elle a débuté, en janvier, avec des accusations de favoritisme portées contre Gérald Tremblay, dans le dossier de la vente de l’ancienne gare Viger.

«C’est faux», a-t-il dit.

Elle s’est poursuivie avec cette scandaleuse histoire d’espionnage du vérificateur.

«Je n’étais pas au courant», a-t-il réagi.

Puis il y a eu cet autre cas de filature, cette fois d’un élu de son propre caucus, que le maire a appris… en lisant La Presse.

«Je ne savais pas», a lancé le maire.

Et elle a été ponctuée, enfin, par des fermetures inopinées d’importants tronçons du réseau routier, Mercier, Turcot et finalement, le pont-tunnel Louis-H.

«Je n’ai pas été mis au courant», a réagi, chaque fois, le maire.

Une année, donc, sous le signe de la candeur et de l’innocence. Une de plus…

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité