Le blogue de François Cardinal

Le blogue de François Cardinal - Auteur
  • François Cardinal

    François Cardinal est chroniqueur à La Presse, spécialisé dans les affaires municipales et urbaines. Il aime la ville, toutes les villes.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 30 novembre 2011 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Commentaires (19)

    Montréal: un bon budget. Responsable, même…

    PX016_7F0B_9

    Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci

    L’exercice relève de la chorégraphie : la Ville annonce un budget aux dépenses en hausse, l’opposition se déchire la chemise et les contribuables déchainent leur colère sur les différentes tribunes.

    Les réactions au budget de Montréal, dévoilé tout à l’heure, ne font pas exception à la règle (tous les documents se trouvent ici, et la réaction de Projet Montréal est ici).

    Et pourtant, il s’agit d’un bon budget. D’un budget responsable, même…

    Attaquons tout de suite les deux enjeux les plus épineux : la hausse des dépenses et celle des taxes foncières.

    - Les dépenses augmenteront de 5,2% en 2012. C’est beaucoup… si on fait abstraction des régimes de retraite. À eux seuls, ils expliquent plus de la moitié de cette hausse. Éliminez ce problème et les dépenses ne grimpent que de 2,3 %, soit moins que l’inflation.

    Or il faudrait être de mauvaise foi pour attribuer le problème des retraites et de leurs coûts galopants au maire Tremblay, étant donné que la plupart des villes du Québec en sont victimes.

    - Les taxes foncières, pour leur part, gagneront 2,5%. Encore une fois, on demeure au niveau de l’inflation. À quoi il faut ajouter 0,5% afin de retaper les infrastructures liées à l’eau, une dépense qui est tout sauf frivole.

    Le propriétaire d’une maison unifamiliale moyenne (345 000$), devra ainsi assumer une facture additionnelle de 95$.

    Or cette augmentation somme toute raisonnable survient au moment où, précisément, la Ville pourrait utiliser toutes sortes de prétextes, tout à fait justifiés au demeurant, pour allez en chercher plus dans les poches des contribuables.

    Voyez par vous-même :

    - la Ville a décidé de prendre ses responsabilités et de s’attaquer aux legs empoisonnés des administrations passées plutôt que de les pelleter, à son tour, aux générations futures.

    Aux prises avec 29 bris chaque année pour chaque 100 km de canalisation d’eau, la Ville investit dix fois plus dans leur entretien qu’en 2001. Même chose pour les infrastructures de voirie qui nécessitent, en raison de leur vieillissement accéléré, des dépenses en hausse de 560% par rapport à 2001!

    - les dépenses supplémentaires en sécurité publique représentent à elles seules 0,9% de la hausse de 5,2% des dépenses. C’est énorme! Or où va cet argent? À 90% dans la masse salariale des pompiers et policiers, en raison de l’indexation et des progressions statutaires. Bien difficile d’échapper à un tel débours quand on connaît l’historique des concessions municipales et le pouvoir de négociation démesuré des syndicats municipaux…

    - la TVQ et le prix de l’essence ont augmenté de façon non négligeable, ce qui signifie des dépenses supplémentaires pour la Ville. Elle doit en effet payer la taxe provinciale sur leurs achats de biens et services (elle n’est compensée qu’en partie), elle doit faire rouler sa flotte de véhicules, chauffer ses bâtiments, etc.

    - bien des postes budgétaires ont connu des hausses afin d’accroître les services de proximité. Pensons aux bibliothèques qui profiteront de nouvelles ressources et d’heures prolongées (1,6 M$). Pensons aux arénas qui seront mis aux normes (50 M$), aux nouveaux complexes sportifs de Saint-Laurent et de Saint-Michel (73 M$) et à la réhabilitation de plusieurs parcs de Montréal (152 M$). Or qui demandent ces services? Les contribuables.

    - le boum immobilier que vit actuellement la métropole est une excellente nouvelle, mais il se traduit aussi par des dépenses additionnelles. On ne laisse pas 60 grues grimper dans le ciel sans ajouter des employés pour s’occuper des permis, de l’encadrement des projets et de l’offre aux entreprises. Il faut dépenser de l’argent pour en faire…

    Bon, est-ce que tout cela veut dire que l’Administration est exemplaire, qu’elle a tout fait pour réduire jusqu’à la dernière cenne de dépenses superflues? Pas du tout. Il y a plusieurs bouts qui retroussent, dans ce budget.

    Comment se fait-il, par exemple, que les 15 M$ que la STM a réussi à dégager en productivité sont engloutis dans le fonds consolidé? Comment justifier, dans la même veine, que le budget d’exploitation versé à la STM ne soit pas augmenté au moment où l’affluence explose?

    Comment se fait-il que dans cette énorme bureaucratie il soit impossible de réduire par attrition, de façon absolue, le nombre d’employés? Comment justifier que les arrondissements aient aussi peu de marge de manœuvre alors que l’administration fait l’apologie des services de proximité?

    Cela dit, dans le grand tout, dans un budget qui frôle des 5 milliards de dollars, ces questions et réserves sont certes importantes, mais elles ne sont pas suffisantes pour déchirer sa chemise sur la place publique…


    • Une nouvelle hausse de taxes! Vous devez être content M. Cardinal. Et ne nous leurrons pas. Ce 3% n’est qu’un “répit” (façon de parler) pour le chanceux de contribuable Montréalais, puisque les dépenses augmentent de plus du double du taux d’inflation, ce qui laisse prévoir des hausses bien juteuses dans un avenir rapproché.

      En ce qui concerne les pensions, oui, toutes les villes ont le même problème, qui vient du fait que les villes ne peuvent pas voter de lois spéciales pour contrebalancer les syndicats municipaux qui font la pluie et le beau temps aux dépens de nos chanceux de contribuables. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres solutions que d’augmenter les taxes encore et encore. Le petit propriétaire qui gagne $35,000 par année se saigne les veines pour payer les pensions aux gras durs qui font trois fois son salaire. Est-ce que c’est juste? Aux USA certaines villes ont déjà fait le choix entre leurs gras durs et leurs contribuables, et elles ont choisi le contribuable. Ça prend juste un peu de courage. Oups… on est au Québec… oublions ça!

      G. Lalande

    • “Aux prises avec 29 bris chaque année pour chaque 100 km de canalisation d’eau, la Ville investit dix fois plus dans leur entretien qu’en 2001. ”

      C’est peut-être de la sémantique me direz-vous, mais cessez donc d’utiliser l’expression “investit”. La ville n’investit pas. Elle DÉPENSE!!!

      Le fond de pension est définitivement un problème. Il est grand temps que les cols bleus et blancs soient SOLIDAIRES du peuple et se départissent de certains de leurs avantages que de toute façon ne possède pas le peuple. J’en appelle à l’ÉQUITÉ et à la JUSTICE!

      152 M$ pour les parcs. Ça fait cher l’arbuste…

      Quand je pense qu’on a mis de l’asphalte sur les rails de tramways… après ça on se demande pourquoi la rue Sainte-Catherine ou Saint-Jacques est en mauvais état…

      Le problème, c’est que le contribuable municipal n’a aucun mécanisme à sa disposition pour contrer toutes ces dépenses et toutes ces hausses de taxes, encore plus vrai lorsque les 3 partis à la ville sont pour les dépenses.

      É. Bourque

    • Un budget sobre, je dirais plutôt fade. Des hausses de dépenses reliés aux retraites dorés de nos fonctionnaires municipaux, des investissements dans le maitient de nos infrastructures. Rien pour rendre la ville plus belle, avec une signature moderne et plus verte. Un budget de chiffre sans vision, sans couleur.

      J’aurais aimé voir un plan de remboursement de la dette pour permettre des économies futures (tel que la ville de QC fait), des investissements majeurs dans les transports en commun, dans le recouvrement de ville-marie jusqu’à Frontenac, de décarie, une plage urbaine près du pont jacques-cartier ou dans le vieux port etc. De quoi faire rêver! Hey non…

      Heureusement que la situation économique au Canada se porte bien et que la valeur mobilière tient bon ce qui permet la hausse des budgets sans trop faire mal aux contribuables (en moyenne 95$ pour un an, c’est pas ca qui va jetter qqn à la rue).
      Ce budget n’est en rien un de courage ou de vision. On navigue sur une mer calme sans avoir de destination véritable…

      M.Turcot

    • Que je suis heureux de ne plus vivre a Mtl. Vous pouvez bien dire ce que vous voulez, une ville qui augmente les taxes avant de faire le ménage dans l’administration, c’est insultant pour ceux qui payent.

      Pierre Kavanagh

    • @François Cardinal

      “Comment se fait-il, par exemple, que les 15 M$ que la STM a réussi à dégager en productivité sont engloutis dans le fonds consolidé”

      Je vais dévoilé mon ignorance ici et espérer avoir un réponse et me coucher moins ignorant (et put-être d’autres aussi le seront moins). Mais c’est quoi le fonds consolidé?

      P.S: “le fonds consolidé” => fonds avec un s ou est-ce une coquille?

      J. Deslieres

    • Cher amis, les nouvelles sont bonnes !!!

      Montréal vient d’être désignée dans les 10 villes les plus branchées au monde selon le prestigieux NY times.

      Une nouvelle comme ca à Québec se serait valu des heures de radios de bombage de torse.

      Ici , bien….rien…on parle de taxes.

      Décourageant.

      Pourtant, on a qu’à se promener sur les blogues touristiques à l’extérieur pour voir comme les gens d’ailleurs capotent sur Montréal.

      C. Fournier

    • @eric.bourque
      “Il est grand temps que les cols bleus et blancs soient SOLIDAIRES du peuple et se départissent de certains de leurs avantages que de toute façon ne possède pas le peuple. J’en appelle à l’ÉQUITÉ et à la JUSTICE!”

      Vive le communisme !!

      Alain Lajoie

    • @ J. Deslieres

      Le fonds consolidé (avec un s, c’est invariable) est le coffre dans lequel la ville (ou le gouvernement) place tout son argent, toutes ses recettes qui ne sont pas dédiées à une dépense en particulier. Les sommes peuvent donc servir à n’importe quelle sauce.

      Dans le cas qui nous occupe: cela signifie que la STM a dégagé 15 millions $, et que ces 15 millions $ ne seront pas nécessairement réaffectés au transport en commun. Elles peuvent servir à n’importe quoi.

      François Cardinal

    • @François Cardinal

      Merci.

      Et avec la STM et le transport en commun de la region de Montreal qui a mille ambitions, je comprends mal pourquoi elle ne peut pas récupérer ses recettes.

      J.Deslieres

    • @gasston

      30 novembre 2011
      14h00
      Une nouvelle hausse de taxes! Vous devez être content M. Cardinal. Et ne nous leurrons pas. Ce 3% n’est qu’un “répit” (façon de parler) pour le chanceux de contribuable Montréalais, puisque les dépenses augmentent de plus du double du taux d’inflation, ce qui laisse prévoir des hausses bien juteuses dans un avenir rapproché.

      En ce qui concerne les pensions, oui, toutes les villes ont le même problème, qui vient du fait que les villes ne peuvent pas voter de lois spéciales pour contrebalancer les syndicats municipaux qui font la pluie et le beau temps aux dépens de nos chanceux de contribuables. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres solutions que d’augmenter les taxes encore et encore. Le petit propriétaire qui gagne $35,000 par année se saigne les veines pour payer les pensions aux gras durs qui font trois fois son salaire. Est-ce que c’est juste? Aux USA certaines villes ont déjà fait le choix entre leurs gras durs et leurs contribuables, et elles ont choisi le contribuable. Ça prend juste un peu de courage. Oups… on est au Québec… oublions ça!

      G. Lalande
      *********************************************************

      Je vous seconde et je vais même en rajouter une petite couche. Il y a même des États au USA qui n’ont pas le droit de se syndiquer. Alors notre petite police protégée qui a peur de son ombre et qui fait face à beaucoup moins de criminalité qu’au USA ne mérite pas ces salaires, ni une sécurité d’emploi. Si les employés ne font pas l’affaire. Bye, bye comme tous les autres contribuables qui ont des comptes à rendre à un employeur. Cette taxe va augmenter les loyers des petits salariés du Québec et parmi ces petits salariés non protégés, il y a des universitaires dont je fais partie et je commence vraiment à être écoeurée de payer pour ces gens-là qui se foutent de notre gueule. Et comme je n’ai pas 22 ans et pas de fond de pension, je trouve cette situation très injuste. De plus, c’est exactement la même chose en ce qui concerne la
      STM, des chauffeurs d’autobus surpayés comparativement à des enseignants (es) à contrat, à statut précaire, sans avantages sociaux pendant que les superviseurs de la STM qui font 70,000 $ par année demandent à être syndiqués. Sans parler du président de la STM qui est mon ancien conseiller municipal, Michel Labrecque, pour qui je n’ai pas voté qui a perdu ses élections et qui s’est retrouvé à la tête de la STM avec un salaire plus élevé parce qu’il n’est pas un élu????? Sans parler que le commandant du poste de police de ce même quartier dont j’étais insatisfaite se retrouve à la tête de la nouvelle police (Gestapo) de la STM qui cherche par tous les moyens de donner des amendes aux usagers afin de combler le manque à gagner. Bref, une taxe déguisée afin de mieux siphonner le contribuable. Réveillez-vous! Allo?

      F.Moulin

    • Peut-être que les employés pourraient contribuer le 26 ¢ par jour pour leur fond de pension ?
      La plupart des payeurs de taxes n’ont pas de fond de pension payé par l’employeur et doivent le batir tout seul !
      J.Viau

    • Le propriétaire d’une maison unifamiliale moyenne (345 000$), devra ainsi assumer une facture additionnelle de 95$.

      pourquoi ne pas l annoncer ainsi alors ?

      albert bela

    • Montréal désastre : 22000 employés et un cadre pour 9 employés soit 2444 cadres à +90$ par an ! 65 représentants, soit le maire de Montréal, les 19 maires d’arrondissement et 45 conseillers de ville. Et maintenant on nous propose une augmentation de taxes de 4,5 % pour financer le fond de retraite des employés ? CRISSSSS j’ai pas de fond de retraite moi et j’ai pas envie de financer les zoties de vaches juste parce que j’ai choisi de demeurer sur une Ile qui est mal administrée. Commencez donc par éliminer les dédoublements et faites UNE seule ville avec UN seul maire qui sait où il va.

      S. Dufour

    • Vous mettez cette hausse en partie sur le dos des citoyens qui demandent des services comme les arénas et les bibliothèques?
      Peut-être…
      Mais je n’ai pas demandé, par exemples, une nouvelle Place d’Armes qui a coûté 15,2 Millions au lieu de 14, comme je ne demande pas la réfection du restaurant Hélène-de-Champlain, payée en grande partie par la Ville, qui a plus que doublé, passant de 7,3 à 16,4 millions !!!
      Ce sont des dépenses inutiles en ces temps où la réfection des infrastructures devrait être la priorité # 1.
      Concernant les régimes de retraite, il y a quelqu’un quelque part qui les a signés ces conventions en béton armé et on est pognés avec. Mes taxes servent à payer pour des régimes de retraite en or alors que j’en aurai même pas! Ironique, non?
      Alors, ne venez pas me parler d’un budget raisonnable… Raisonnable pour qui?
      Certainement pas pour moi!

      Nicholas Ninousky

    • Loin de vouloir faire le Troll, ce que je remarque, c’est la chose suivante:

      Dans mon coin (Le Plateau) il y a une clic qui se mobilise contre tout nouveau projet de construction résidentielle. Chaque projet subit leur devoir de citoyen. Au seuil de ma porte, comme un témoin de Jehova, un de leur disciple a déjà essayé de me convaincre que l’on ne pouvais plus continuer d’augmenter la population de la ville…hmmm!?…ça va contre tout bons sens selon moi.
      Bref, en augmentant les taxes, à un certain moment, cette clic va bien à un certain moment capituler: la ville a besoin de plus de contribuables pour supporter le le fardeau fiscal.

      Mais que souhaitons nous attirer dans notre ville?

      La ville a toutes les données pour faire un calcul macabre et lucide; 100$ d’augementation à mon avis donne des armes aux propriétaires de vielles baraques d’augmenter les loyers, et à un certain moment, si ces propriétaires n’assument pas l’augmentation, ces priopétaire irresponsable (entre tien du sa propriété) ne trouveront pas de locataires assez riche et fous pour payer le loyer d’un viel appartement. Résultat, le propriétaire spéculateur, trouve l’acheteur ($$$) qui va tout démolir et construire des magnifiques condos à 400K$ le 4etdemi (style rue Chanbord/Mt-Royal)…Alors l’augementation de taxe est un investiseement necessaire pour assurez un embourgeoisement souhaité par ces même clics qui s’oppossent à la desification de la ville… paradoxale non!?

      Tomas Agusto Mileño

    • __La nouvelle taxe sur les voitures des montréalais plus une augmentation de la taxe foncière, s’en est trop. Trop c’est trop. Une seule façon de s’en sauver pour le maire aux prochaines élections c’est d’annoncer la semaine prochaine au plus tard, un dégraissage de 80% du nombre d’élus municipaux qui sont actuellement 207 (A. Dubuc Cyberpresse 14 oct. 2011) pour n’en garder que 41. L’alternative, élire des partis municipaux de base séparatiste, n’est pas réjouissante.
      Franck Stilton

    • Je considère que Mme Harel a raison de se plaindre du gel des transferts aux arrondissements. Cette structure bancale démontre encore une fois ses défauts. À mettre trop de responsable plus personne n’est responsable de rien.

      Le problème avec les retraites. Pourquoi ne pas transformer le régime pour tous nouveaux employés d’un régime à prestation fixe à un régime à cotisation fixe. L’employeur (la ville)verse un montant X pour les REER de l’employé et voilà! Pourquoi je donnerais un avantage à des gens que j’emploie que je n’ai pas moi-même!

      Bernard Théroux

    • Régime de retraite: a t’on acheté la paix ?

      On parle beaucoup de taxes ces temps çi à Montréal et du régime de retraite des employés

      que l’on identifie comme l’une des causes importantes des difficultés financières de la

      ville. Je pense que des causes on pourrait en trouver d’autres mais passons.

      Les régimes de retraite sont normalement négociés lors du renouvellement de la convention

      collective et font partie d’un ensemble (salaire, horaire de travail, autres bénéfices

      marginaux, etc.). Il faut reconnaître que le régime de retraite dont on parle ici est

      très généreux (certains diront trop). Quoiqu’il en soit, et sauf erreur, les conventions

      collectives ont été signées entre les parties qui y ont consenties sauf dans les cas ou

      un conciliateur a été imposé. Tant mieux pour les employés qui en bénéficient.

      L’argument basé sur le fait que les ententes ont été signées au moment ou l’espérance de

      vie était inférieure ne tient pas la route à mon avis. Les actuaires sont bien au fait

      des tendances et, de toutes façons, lorsqu’on fait des projections, on considère une

      marge d’erreur, un écart-type, un intervalle de confiance, etc.

      Le mandat des dirrigeants a une durée comparable à celle des conventions collectives.

      L’effet des régimes de retraite est amorti sur un horizon beaucoup plus étendu dans le

      temps mais son effet à long terme n’en est pas moins inexorable. a t’on acheté la paix en

      pelletant par en avant ?

      Jacques Bisson
      Laval

    • Il faut casser ces administrations monstrueuses qui ne savent faire qu une chose,,,, grossir, grossir,, depenser, depenser, justifier leur job,
      Il faut mettre ces administrations en tutelle economique comme la Grece et L italieXavier Raymond

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité