Le blogue de François Cardinal

Mercredi 23 avril 2014 | Mise en ligne à 13h23 | Commenter Commentaires (13)

Pas de «vision» pour le centre-ville? Normal…

skyline-cropped-jour

Cadillac Fairview

On a la critique facile, à Montréal. Quand il ne se passe rien, qu’il n’y a pas de chantiers, pas de constructions, c’est l’immobilisme.

Et quand il y a des promoteurs intéressés à investir, des grues qui se multiplient, des projets par centaines, on ne se réjouit pas d’avoir enfin quitté l’immobilisme, non… on critique plutôt le manque de vision de la Ville, comme certains l’ont fait ces derniers jours en parlant du centre-ville et de son impressionnant boum immobilier.

Je n’en suis pas.

Certes, quand on ouvre un nouveau quartier, Griffintown par exemple, le site de l’hippodrome, l’ancienne gare de triage d’Outremont, il est primordial de planifier, de prévoir, d’intervenir pour que les projets se conforment à une vision d’ensemble, surtout lorsqu’il est question d’un secteur historique.

Mais quand on densifie un centre-ville qui l’est déjà, qu’on ajoute des tours à une forêt de tours, il est normal qu’on accepte les projets à la pièce, qu’on les analyse un à un, au mérite.

Demander «une vision» du développement du centre-ville est, à mon avis, utopique. On ne joue pas à SimCity. On ne peut pas prévoir dix ans à l’avance ce qui s’érigera ou pas dans le secteur financier.

La Ville est davantage en réaction aux projets des promoteurs et de leurs architectes, et c’est correct ainsi. Pourvu, évidemment, que la Ville (ou l’arrondissement Ville-Marie) joue son rôle.

Elle doit appliquer les règlements existants (respect du cadre bâti, des matériaux avoisinants, de la hauteur maximale de 210 mètres, par exemple), imposer certaines contraintes plus spécifiques (les vues sur le mont Royal ou le retrait pour favoriser l’ensoleillement du domaine public, par exemple), profiter de la «révision architecturale» pour inciter les promoteurs à améliorer leurs projets (ce qu’ils font régulièrement après un avis négatif du comité consultatif d’urbanisme), etc.

Cela donne parfois des projets qu’on peut juger banals, des projets carrément moches, mais aussi de beaux projets, des projets audacieux, des projets qui décoiffent. Le résultat est un centre-ville hétérogène, diversifié, bigarré… comme il se doit.

Pour s’en convaincre, il faut visiter l’exposition «Le Montréal du futur» au Complexe Desjardins (l’expo est gratuite, elle commence aujourd’hui et se termine lundi – la plupart des images de ce billet ont été fournies dans le cadre de l’événement). Pour qui aime les maquettes, c’est un véritable magasin de bonbons!

On y retrouve des maquettes de projets en chantier atteignant 3 mètres de hauteur, une reproduction d’une dizaine de tours de Montréal en Mega Bloks, des dessins informatiques de nombreux projets en cours ou espérés (seul grand absent, Cadillac Fairview et ses nombreuses tours projetées), etc.

Bref, on y retrouve du meilleur… et du pire.

Voici donc mes trois coups de cœur (à noter que le Peterson, que j’aime beaucoup, signé par NEUF architect(e)s, n’est pas de l’expo)

* Îlot Balmoral (Provencher_Roy)

balmoral

* Bassins du Havre (Prével)

bassin_jour-27avril2011

* Tour des Canadiens (Cardinal Hardy et Martin Marcotte/Beinhaker)

tour-des-canadiens

Voici mes trois coups de chapeau pour l’audace (on ne parle ici que de projets résidentiels, sinon j’ajouterais le pavillon 5 du MBAM, signé Manon Asselin Architecte et Jodoin Lamarre Pratte).

* Babylone (Arcop)

babylone

* YUL (Menkès Shooner Dagenais LeTourneux)

YUL

* L’Avenue (Broccolini)

avenue

Et voici mes trois déceptions, des projets qui ne manquent pas autant d’esthétique que de lien avec leur environnement (auxquelles j’ajouterais le CUSM si je ne me limitais pas aux tours résidentielles)

* Evolo (Lemay Michaud et Jean-Pierre Bart)

evolo

* Myst sur le Canal (Atelier Chaloub + Beaulieu)

myst

* Roccabella (Béïque, Legault et Thuot)

Rocca

Et vous, vous en pensez quoi du développement en cours du centre-ville?

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article

 

Mardi 15 avril 2014 | Mise en ligne à 19h45 | Commenter Commentaires (166)

Autos-vélos-piétons: l’enfer, c’est les autres…

X00062_9

Torrent de courriels haineux à la suite de mon édito sur la nécessaire révision du Code la sécurité routière. On m’accuse de vouloir offrir un traitement privilégié aux cyclistes, même si ces derniers «sont tous des fous furieux qui se croient tout permis»…

Or loin de moi l’idée de vouloir disculper les cyclistes de toute faute. Il y a des délinquants du guidon, comme il y a des délinquants du volant.

Le Code la route doit donc être révisé pour y intégrer les droits des cyclistes, de plus en plus nombreux sur les routes. Et il doit, par le fait même, identifier clairement les devoirs de ces usagers de la route de plein droit, sans quoi de fortes pénalités doivent être imposées, surtout quand ils mettent la vie des piétons en danger.

Cela dit, je persiste et signe: la toute première chose à faire, avant de s’attaquer au comportement dangereux de certains cyclistes, est d’imposer un nouveau paradigme au Code qui protège les plus petits des plus gros : le piéton du cycliste, le cycliste de l’auto, et l’auto du camion.

Une fois cela fait, une fois la hiérarchie imposée, une fois les droits et devoirs de chacun révisés en fonction des habitudes de déplacement du siècle actuel, il sera temps de montrer les cyclistes du doigt.

Bien désolé, mais le tsunami de courriels reçus ne m’ébranle pas, même si 99 % m’accusent d’être un lobbyiste à la solde des cyclistes des quartiers centraux. Au contraire même, ils renforcent ma conviction que la priorité est de légiférer pour protéger ces mêmes cyclistes…

Pourquoi? Parce que les messages reçus me confirment que les automobilistes, beaucoup plus nombreux sur la route, ont tendance à surestimer la menace que représentent les autres usagers… et à sous-estimer la menace qu’eux-mêmes représentent.

J’ai lu des horreurs dans les courriels. «Les automobilistes occupent la rue comme toujours, et les cyclistes veulent être reconnus comme véhicule routier, m’écrit un lecteur. Sorry la limite est 50 km/ h pas 22… Et pour le dooring, hé ben, il est difficile comme conducteur de toujours y penser.»

En revanche, quand je fais un édito pour parler des comportements délinquants des automobilistes, pas un mot. Comme si cela n’existait pas, ou ne représentait pas vraiment un danger, ou n’était pas vraiment important.

Pourtant, il y en a un problème. Les automobilistes sont nombreux à passer sur la jaune (ou la rouge), à frôler les cyclistes, à ne pas laisser aux piétons le temps et l’espace pour franchir les intersections, et surtout, à rouler trop vite.

Une étude du MTQ sur les comportements des automobilistes a conclu il y a quelques années qu’en milieu urbain, plus d’un conducteur sur deux roule au-delà de la vitesse permise; sur les routes principales, ils sont deux sur trois; et sur les autoroutes… pas moins de huit sur 10!

«Le non-respect des limites de vitesse est largement répandu», écrivait le ministère dans son rapport. Et pourtant, les campagnes de sensibilisation sont inefficaces, se désolait-on.

Le problème : ces mêmes automobilistes considèrent soient que les limites sont trop basses pour être respectées, soient qu’ils ne constituent pas vraiment une menace parce qu’ils sont d’excellents conducteurs…

L’enfer c’est les autres, surtout s’ils sont à vélo…

Lire les commentaires (166)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 11 avril 2014 | Mise en ligne à 15h53 | Commenter Commentaires (52)

BIXI: Montréal a sauvé les meubles…

PX210_2013_9

Le «spécialiste du sofa» a finalement permis à Montréal de sauver les meubles…

Ce sera en effet Bruno Rodi qui mettra la main sur le volet international de BIXI, non pas l’entreprise américaine Reqx, qui a soumis une offre plus élevée, mais incomplète.

Personnellement, je préfère une offre moindre, mais locale à une offre plus élevée, mais étrangère. L’important, cela dit, c’est que Montréal trouve preneur pour le volet international de BIXI. Point.

Cela est en effet crucial. D’abord pour espérer sauver le volet local du service, tiré vers le bas par le volet international. Ensuite pour réduire les pertes qu’essuieront immanquablement les Montréalais pour ce fiasco financier.

Que le prix d’achat soit de 4 millions ou de 5 millions, il permettra d’une façon ou d’une autre de contenir les pertes autour de 15 millions (une dette de 31 millions environ, moins 12 millions en actifs, moins 4 ou 5 millions pour le volet international = 15 millions) une somme plutôt acceptable dans les circonstances.

Insérez votre cri d’horreur ici…

Je sais, je sais, 15 millions est un gros montant. Un montant dont on aurait voulu se passer. Mais étant donné la hauteur du prêt initial, qui dépassait les 36 millions, les dettes aux fournisseurs, les arrérages de New York et Chicago et tutti quanti, j’évaluais les pertes à venir aux alentours de 30 millions.

Payer la moitié apparaît donc comme «un bargain». Ou presque.

«Bien franchement, c’est moins pire qu’on pensait», reconnait aussi Richard Bergeron, qui a eu l’élégance de saluer le travail du maire Coderre dans ce dossier. Le chef de Projet Montréal avait été dur à son endroit au moment de la faillite, mais il admet aujourd’hui que l’issue du dossier «valide finalement sa stratégie».

What’s next, demandez-vous? La saison régulière de BIXI, qui s’amorce mardi. Une saison qu’on espère populaire, même si le site web de l’organisme fait défaut depuis près de deux semaines, empêchant les internautes de s’abonner.

C’est le comble, tout de même…

Puis ce sera la bataille pour pérenniser le système au-delà de l’été prochain. Je dis «bataille», car il n’y aura pas de retour du BIXI en 2015 si les Montréalais n’acceptent pas d’allonger le 1,5 million nécessaire chaque année, au bas mot, pour éponger le déficit d’opération du système.

CBC m’interviewait d’ailleurs à ce sujet, cet après-midi, me demandant pourquoi on a tant de misère à garder notre service de vélo en libre-service ici à Montréal, alors qu’en Europe, cela ne semble pas poser de problèmes.

Ma réponse : les villes payent sans rechigner, même quand l’entreprise privée est impliquée.

Même chose en Amérique du Nord, d’ailleurs, avec les déclinaisons du BIXI. Toutes les villes où roulent le BIXI financent leur système de vélos publics, toutes les villes sauf New York et Toronto.

Question quiz pour vous : nommez deux systèmes de vélos en libre-service qui peinent à garder la tête hors de l’eau?

Lire les commentaires (52)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité