À faire, à voir, à lire

À faire, à voir, à lire - Auteur
  • Qui sont-ils?

    L'équipe des arts du Soleil vous informe de ce qui bouge sur la scène culturelle à Québec et au-delà.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 5 août 2012 | Mise en ligne à 5h00 | Commenter Aucun commentaire

    Fabricants du bonheur

    Levasseur_Adrien

    En 2008, Adrien Levasseur publiait Sculpteurs en art populaire au Québec chez GID. Cette année, ce retraité du réseau de la santé récidive avec un deuxième tome intitulé lui aussi Sculpteurs en art populaire au Québec, un ouvrage de 216 pages également publié chez GID.

    Depuis une trentaine d’années, ce Gaspésien originaire de Sainte-Anne-des-Monts parcourt villes et villages à l’affût de nouveaux talents et de sculptures en art populaire. Au total, c’est un peu plus de deux cents gosseux qu’il aura fait connaître au grand public.

    Comme dit son éditeur, «sa passion et sa réputation acquise par sa relation privilégiée avec ces fabricants du bonheur, comme il se plaît à les nommer, font d’Adrien Levasseur une référence incontournable dans ce domaine».

    Le deuxième tome de Sculpteurs en art populaire au Québec propose un peu plus de trois cents photographies en couleur. Chaque double page est consacrée à un ou deux artistes : quelques mots sur la personne, une explication technique et des photographies. C’est simple et ça fait le travail.

    Les pièces présentées sont assez naïves, mais non dénuées de beauté et de grandeur.

    Plusieurs musées ont collaboré à la recherche d’Adrien Levasseur dont le Musée canadien des civilisations à Gatineau, le Musée de la civilisation à Québec, le Musée québécois de culture populaire à Trois-Rivières, le Musée de Charlevoix à La Malbaie, la Pulperie de Chicoutimi, le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges et le Musée Pierre-Boucher à Trois-Rivières.

    Dans un texte d’introduction, le conservateur Jean-François Blanchette écrit que les livres d’Adrien Levasseur «méritent d’être lus et regardés avec toute l’attention et l’admiration que méritent ces créateurs modestes en se demandant ce que les œuvres, les témoignages et les biographies des artistes nous révèlent, au-delà du temps qui passe.»

    Et il nous suggère de lire ce livre d’une manière inhabituelle, à savoir une lecture faite de l’intérieur.

    Ainsi donc, bonne lecture de l’intérieur ! Et vous constaterez comme moi que ce bel ouvrage est un touchant hommage à l’art populaire, cette expression souvent négligée du patrimoine québécois.

    Didier Fessou


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité