À faire, à voir, à lire

À faire, à voir, à lire - Auteur
  • Qui sont-ils?

    L'équipe des arts du Soleil vous informe de ce qui bouge sur la scène culturelle à Québec et au-delà.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 8 juillet 2012 | Mise en ligne à 10h05 | Commenter Aucun commentaire

    Ah, les belles granges !

    Brunet_O'neil

    Voici un livre pour le plaisir des yeux : Granges du Québec.

    À l’intérieur, un court texte de Jean O’Neil et des photographies de granges prises au fil des jours et des saisons par Pierre Philippe Brunet.

    Un enchantement pour les yeux tout au long des 128 pages de ce beau livre publié par Art Global.

    L’agriculture a dessiné le paysage et les granges en font partie. Qu’elles soient rudimentaires ou élaborées, qu’elles soient rectangulaires ou rondes, qu’elles aient un étage ou qu’elles en aient deux, ces constructions sont des éléments représentatifs du patrimoine architectural québécois.

    Malheureusement, beaucoup trop de ces granges sont mal entretenues, laissées à l’abandon, parfois en ruines.

    C’est dommage.

    ***

    Se disant un Montréalais pure laine, Pierre Philippe Brunet explique d’entrée de jeu que sa passion pour les vieilles granges est née quand il était enfant alors qu’il passait ses étés dans Lanaudière où ses parents possédaient un chalet :

    «Aujourd’hui, j’éprouve de la nostalgie quand je photographie ces granges trop souvent délabrées. Certaines, cependant, ont été restaurées, changeant de vocation pour se transformer en habitation ou en musée».

    Pour sa part, l’écrivain Jean O’Neil rappelle l’origine de ces humbles bâtiments. Au début, les premiers colons ont construit des granges en pierres comme cela se faisait en France.

    Bien vite, ils constatèrent que la pierre n’était pas le matériau idéal. À preuve ce témoignage de Mère Françoise Juchereau de Saint-Ignace :

    «Nous fîmes bâtir en pierre une ménagerie pour l’hyvernement des bestiaux. Cependant nous avons expérimenté que rien n’est moins propre à cet usage, que les bâtimens de pierre, parce qu’il se fait un amas de frimas sur les murailles, qui donne une fraîcheur malsaine aux animaux».

    ***

    Une date à retenir : 1958. Le metteur en scène Georges Delisle a la géniale idée d’aménager un théâtre d’été dans une grange à l’Ancienne-Lorette. Là, il peut accueillir 180 personnes.

    L’idée fait boule de neige. Un peu partout au Québec des granges sont transformées en salles de spectacle.

    La plus fameuse de ces salles sera le théâtre de la Marjolaine, à Eastman. Une véritable «cathédrale» fondée par la comédienne Marjolaine Hébert et que le dramaturge Marcel Dubé décrira comme un «écrin de paille et de velours».

    Allez, bonne promenade.

    Didier Fessou


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2011
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité