À faire, à voir, à lire

À faire, à voir, à lire - Auteur
  • Qui sont-ils?

    L'équipe des arts du Soleil vous informe de ce qui bouge sur la scène culturelle à Québec et au-delà.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 3 juin 2012 | Mise en ligne à 5h00 | Commenter Un commentaire

    Les trois Gaspésie

    Martineau, Jacques

    Voici un petit livre qui, les beaux jours revenus, donne envie d’aller respirer l’air du grand large : La Gaspésie de Métis à Miguasha de Jacques Martineau. Une plaquette de 90 pages publiée par Septentrion.

    Il y a quelques années, également chez Septentrion, Jacques Martineau avait publié Carnet de Québec, un opuscule du même genre.

    Dans les deux cas, des dessins, des croquis et de courts commentaires présentés avec sobriété et élégance. Dans l’un, une invitation au voyage au long cours. Dans l’autre, une invitation à flâner en ville.

    Après une carrière dans l’enseignement, Jacques Martineau se consacre au dessin et à l’écriture. Il a collaboré au magazine littéraire Nuit blanche et publié chez Nota bene un livre-référence que tout le monde devrait avoir dans sa bibliothèque : Les 100 romans québécois qu’il faut avoir lus.

    D’autres de ses textes ont paru dans la revue Nouaison.

    ***

    Selon Jacques Martineau, il n’y a pas une Gaspésie mais plusieurs : «La baie des Chaleurs n’est pas la vallée de la Matapédia, la pointe de Forillon a peu de choses à voir avec la région de Métis».

    Les trois Gaspésie de Jacques Martineau :

    - La première, de Sainte-Flavie à Sainte-Anne-des-Monts, est une zone de transition entre le Bas-Saint-Laurent et la Haute-Gaspésie : «Elle garde quelque chose de la douceur de l’un de ses jardins de Métis, elle commence à montrer de l’âpreté de l’autre dans ses grèves rocheuses. Le relief peu accusé du début devient de plus en plus bossé».

    - La seconde s’étend de Sainte-Anne-des-Monts à la pointe de Forillon : «Elle est d’une beauté à la fois austère et grandiose, particulièrement émouvante sous des ciels lourds, sous la pluie battante, fouettée par une mer rageuse et écumante. Une terre pleine de caractère, couverte de forêts aux plis somptueux, opposant aux vents du nord et aux pluies glacées le front têtu de ses falaises, et qui se termine en majesté à la presqu’île de Forillon».

    - La troisième va de Forillon jusqu’au fond de la baie des Chaleurs : «Ses falaises rouges, ses grèves accueillantes, ses marais et ses lagunes aux eaux tièdes lui donnent quelque chose de charnel et de sensuel. Sa route est bordée d’un chapelet de maisons qui soudent villages et petites villes et ses petits ports prennent des airs de fête avec leurs bateaux aux couleurs vives».

    ***

    Dans sa Gaspésie en images et en mots, Jacques Martineau rend  justice au caractère de cette fascinante péninsule.

    Mais, à mon point de vue, il manque une quatrième Gaspésie : cette Gaspésie de l’intérieur faite de montagnes et de rivières. Et c’est cette Gaspésie-là que, personnellement, je préfère. La Gaspésie des monts Chics-Chocs, la Gaspésie des monts McGerrigle, la Gaspésie des hauts plateaux appalachiens.

    Même Murdochville, pourtant une petite ville industrielle sans élégance particulière, trouve grâce à mes yeux à cause de la splendeur de son environnement sauvage.

    Il faut dire merci à Jacques Martineau pour sa Gaspésie maritime et l’inviter à aller se mesurer au mont Albert afin qu’il en rapporte un autre de ses carnets de croquis.

    Allez, bonne virée en Gaspésie !

    Didier Fessou


    • ..«Murdochville, pourtant une petite ville industrielle sans élégance particulière….»

      Cher Monsieur Fessou, qu’en termes «élégants» ces choses-là sont dites. J’admire votre manière de qualifier cette petite ville qui, il y a déjà un bon bout de temps, fut, en effet, «industrielle».

      Placée sur le respirateur, pour on ne sait trop quelle raison puisque par référendum ses habitants ont souhaité la fermer pour cause de filon épuisé, elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a déjà été.

      Enfant, je l’ai vue naître. Ensuite, je l’ai vue vivre et vibrer. Et chaque fois que je m’y arrête en me rendant dans mon patelin, elle me renvoie en plein visage la tristesse de la déchéance et les paysages n’y changeront rien.

      J’allais oublier: Et la vallée de la Matapédia, elle fait partie de quelle Gaspésie?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité