À faire, à voir, à lire

Archive du 8 juillet 2011

Vendredi 8 juillet 2011 | Mise en ligne à 15h08 | Commenter Commentaires (4)

FEQ, jour 1: Paris-Québec et l’art de la plogue

Photo: Yan Doublet, Le Soleil

Photo: Yan Doublet, Le Soleil

Olivier Parent
Le Soleil

Le volet francophone du 44e Festival d’été a démarré du bon pied, jeudi soir, avec un Paris-Québec sous les étoiles beaucoup plus relevé que l’an dernier. Dans ma critique de ce matin, j’ai insisté sur l’émotion qui était enfin au rendez-vous – avant même le début du spectacle, grâce à l’hommage sincère de Robert Charlebois à Claude Léveillée. La magie, aussi, que ce soit avec ce french kiss entre Diane Dufresne et Charlebois, ou cette ouverture sympathique mêlant Les ailes d’un ange et Encore et encore de Francis Cabrel.

Certains m’ont reproché d’avoir été dur à l’endroit du trio d’adolescents italiens Il Volo (et non Il Vivo comme j’ai écrit, en pensant probablement à Il Divo), d’autant plus que j’ai passé sous silence l’ovation qu’ils ont méritée. C’est vrai, ils ont jeté par terre le public qui s’était massé par milliers sur les plaines d’Abraham. Loin de moi l’idée de remettre en cause leur talent de chanteurs de pop-opéra.

Au fond, ce qui m’a agacé, c’est la plogue sournoise pendant tout le spectacle. Il Volo en était l’incarnation. Le trio lyrique est arrivé comme un cheveu sur la soupe avec ‘O Sole Mio, après avoir été présenté comme LE gros hit à l’international. Pourquoi ne pas les avoir fait commencer par leur interprétation de Tous les visages de l’amour, d’Aznavour? Leur présence dans cette fête de la chanson d’expression française – rappelons-le – aurait été déjà plus justifiée.

Sans compter que Daniela Lumbroso et Gregory Charles ont passé leur temps à rappeler que tel artiste sortira un album prochainement ou tel autre partira bientôt en tournée à travers la France. Peut-on célébrer sans arrière-pensée promotionnelle? Est-ce le prix à payer pour voir Cabrel chanter Petite Marie avec Cœur de pirate?

Par ailleurs, manque d’espace oblige, je n’ai pu relever le brillant hommage à Gilbert Bécaud livré, dix ans après sa disparition, par Hélène Ségara et Isabelle Boulay (toutes deux sublimes) ainsi que Patrick Fiori et Nicoletta. Et cet autre bref hommage à Félix Leclerc, réunissant Cabrel et Charlebois sur Le petit bonheur.

Et vous, quel a été votre coup de cœur de cette soirée sous les étoiles?

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2010
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité