À faire, à voir, à lire

Archive, juillet 2009

Jeudi 30 juillet 2009 | Mise en ligne à 18h48 | Commenter Commentaires (12)

Pauvre Béatrice…

Valérie Lesage
Le Soleil

Ça fait longtemps qu’on l’entend dire: il faut penser sept fois à ce que l’on fait avant de montrer sa photo sur Internet (et même avant d’écrire sur le Web). Car tout ce qu’on y met laisse des traces. Béatrice Martin, alias Coeur de Pirate, subit aujourd’hui l’effet dévastateur de la publication de photos d’elle dans son plus simple appareil.

Je ne crois pas que cela ait un impact négatif sur sa carrière, fort bien amorcée merci. Presque tout le monde lui pardonnera son erreur de jeunesse, qui n’en a pas déjà fait? C’est davantage sur le plan psychologique que la chose est dévastatrice. Personne n’a envie d’étaler ses erreurs sur la place publique (devenue planétaire), encore moins celui ou celle qui, soir après soir, rencontre le public et se met en danger devant lui, pour offrir son art et son âme plus que son corps.

Ce ne sont pas tant les photos nues qui sont dévastatrices. C’est plutôt le regard des autres sur soi qui peut prendre le ton du jugement ou de la curiosité malsaine. C’est la honte aussi. Et les regrets.

Courage Béatrice, il vaut mieux regarder devant maintenant. À défaut de pouvoir effacer le passé, on peut inventer son avenir.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






Lundi 20 juillet 2009 | Mise en ligne à 21h21 | Commenter Un commentaire

FEQ: Sur scène, mais loin des projecteurs

mc_molsondry001.jpg

Nicolas Houle

Le Soleil

Le Festival d’été, c’est 11 jours de spectacles en tous genres. Dans le cas d’Ève Fortier, l’événement qui s’est achevé dimanche était 11 jours de présentations de ces différents genres.
Chacune des grandes scènes du Festival compte un présentateur ou une présentatrice. Ève est du nombre. Depuis trois ans, elle est la voix du parc de la Francophonie. Vous êtes donc des milliers à l’avoir entendue, sans pour autant l’avoir vue, car bien qu’elle soit sur les planches soir après soir, elle est toujours loin des projecteurs. Sa mission? Introduire les artistes et plonger, le temps de quelques phrases bien tournées, les festivaliers dans le cœur du spectacle.
«Entendre crier la foule qui attend un artiste, c’est vraiment buzzant, même si ce n’est pas pour moi, commente-t-elle. (…) J’évalue toujours le public avant de faire mes présentations, pour voir s’il est nombreux ou pas. S’il y a peu de monde, je ferai quelque chose d’intimiste, mais s’ils sont des milliers, j’irai dans quelque chose de chaud et de coloré.»
Durant la journée, Ève fait ses recherches et rédige ses textes qu’elle veut rythmés et «punchés». Elle se pratique un peu à les déclamer puis, le soir, vient l’heure de sa performance. Ironiquement, elle a rarement la chance de croiser ceux qu’elle présente. Lorsque vous faites face à la scène, elle se trouve en coulisses du côté droit, tandis que les artistes entrent par la gauche.
«Je comprends très bien qu’ils doivent se concentrer avant de monter sur scène. Cela dit, à chaque année, j’ai mes coups de cœur. Cette année, c’est K-OS…»
La jeune MC de 25 ans, qui est comédienne, est en train de se spécialiser dans les voix sans pour autant perdre de vue le théâtre. Si le métier tend à l’attirer vers Montréal, elle reste profondément attachée à Québec, où elle a passé 23 ans. Elle espère d’ailleurs renouer avec l’équipe technique du Pigeonnier l’an prochain, avec laquelle elle s’est liée d’amitié, en dépit des taquineries dont elle a été l’objet.
«Ils ont tout fait pour tenter de me déconcentrer durant mes présentations en se mettant à danser autour de moi en bédaine ou en me montrant leurs fesses, mais ma concentration est excellente et je ne les ai même pas vus pendant qu’ils faisaient ça!»

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 20 juillet 2009 | Mise en ligne à 0h06 | Commenter Commentaires (9)

FÉQ: C’est fini!

stingbilan.jpg

Kathleen Lavoie
Le Soleil

Les dernières notes ont résonné sur les différents sites du 42e Festival d’été. L’heure est aux bilans.

Marathoniens du festival, Nicolas Houle et moi vous faisons part de nos impressions dans Le Soleil (ici et ici) d’aujourd’hui.

C’est maintenant à votre tour de nous dire ce que vous avez pensé de ce premier festival de l’après-400e!

Avez-vous été impressionnés? touchés? déçus? choqués?

À vos claviers!

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité